Architecture Hybride: Monter un PRA dans le cloud avec Oracle Public Cloud

screenshot.2015-07-28 12.36.35Oracle a publié un white paper sur le Disaster Recovery dans le Cloud. C’est un des use cases très importants dans le monde du cloud, en effet monter un PRA est une opération complexe et souvent très couteuse. Ceci implique généralement de monter une architecture iso production sur un deuxième site, avec les couts de licences et d’infrastructure associés.

Avec Oracle Public Cloud, vous pouvez rentabiliser votre environnement on premise pour la production, et utiliser le cloud d’Oracle pour héberger votre PRA. L’objectif est d’optimiser vos licences (paiement à la consommation uniquement de votre PRA), d’optimiser vos infrastructures (pas nécessaire de maintenir un deuxième site, une deuxième infrastructure)

Tous les détails en anglais dans ce whitepaper: Hybrid DR to Oracle Cloud – dr-to-oracle-cloud-2615770.pdf

sqlcl pour se connecter à une instance Oracle Public Cloud

info2L’équipe de SQLdevelopper a sortit une nouvelle « version » de sqlplus, appelée « sqlcl ».

Voici comment se connecter à une instance Oracle Public Cloud:

D:\oracle\sqlcl\bin>sql /nolog

Création du tunnel SSH  (129.152.x.x étant l’adresse ip de votre instance DBCS):

SQL>  sshtunnel  oracle@129.152.x.x -i labkey.ppk -L 8888:129.152.x.x:1521

Connexion à l’instance ALPHADB3:

SQL> connect sys@localhost:8888/ALPHADB3.froraclexxx.oraclecloud.internal as sysdba
Password? (**********?) ********
Connected

Référence: http://barrymcgillin.blogspot.co.uk/2015/05/sqlcl-cloud-connections-via-secure.html

Evenement Virtuel : Virtual Technology Summit

oracle_header_2

A ne pas manquer par toutes les personnes qui s’intéressent aux technologies Oracle!
Il s’agit d’un événement gratuit, organisé sur internet, soit en live, soit en replay sur les technologies Oracle (Java, Middleware, Hardware et biensur base de données).

Pour s’inscrire, cliquez ici: Virtual Technology Summit

Au programme:

Base de données:

  • Best Practices for Migrating On-Premises Databases to the Cloud
  • Master Data Management (MDM) Using Oracle Table Access for Hadoop
  • Hot Tips: Mastering SQL Developer Data Modeler
  • What’s New for Oracle and .NET
  • Oracle and .NET: Best Practices for Performance

Java:

  • Docker for Java Developers
  • Pi on Wheels,  Make Your Own Robot
  • Shakespeare Plays Scrabble

Middleware

  • Debugging Weblogic Authentication
  • Real-Time Service Monitoring and Exploration
  • New APIs and Tools for Application Development in WebLogic 12c

Systèmes et infrastructure:

  • Designing a Multi-Layered Security Strategy
  • How To Increase Application Security & Reliability with Software in Silicon Technology
  • Eliminate Cloud Security Threats with Oracle Systems

Source : Virtual Technology Summit

Les bonnes raisons d’utiliser Exadata et Oracle DB-Inmemory ensemble

Oracle-Exadata-Machine2Je reprends aujourd’hui un sujet publié sur le blog srvctl : https://srvctlblog.wordpress.com/2015/03/05/doctech-10-bonnes-raisons-dinstaller-oracle-db-in-memory-sur-exadata/

En effet, il est intéressant de savoir si l’option In-Memory d’Oracle 12c n’est pas superflue lorsque l’on travaille sur des machines Exadata (et vice-versa). Et la réponse est non!

La force de l’option In-Memory d’Oracle 12c est la fusion du « meilleur des deux mondes », l’analytique et le transactionnel. Et pour cela, la plateforme Exadata apporte toute sa puissance sur le transactionnel et les opérations traditionnelles sur la base Oracle (chargement, mises à jour, etc..). L’option In-Memory permet elle un gain de performance x10 à x100 sur les requêtes analytiques.

Les points importants

Pour avoir pu le tester récemment lors d’un PoC sur une application décisionnelle à forte volumétrie (tables de l’ordre du milliard de lignes) et je peux confirmer que les points les plus importants sont:

Tolérance aux pannes

Sur Exadata, vous pouvez configurer la base de données In-Memory pour être tolérante aux pannes. En effet, cette fonctionnalité n’est disponible que sur les Engineered Systems Oracle avec la possibilité d’assurer le mirroring automatique et permanent des données en mémoire même après la perte d’un noeud.

Il suffit d’ajouter le mot clé DUPLICATE pour que la données soit montée en mémoire sur plusieurs noeuds et assurer la redondance et la performance.

exa_mirroring_inmemory

 

 

 

 

Un très bon blog de Christian Antognini à lire sur le sujet: http://antognini.ch/2014/11/the-importance-of-the-in-memory-duplicate-clause-for-a-rac-system/

Extension de votre DRAM: flash et cellule de stockage

Lorsque vos données ne peuvent pas tenir entièrement dans la mémoire DRAM, vous obtiendrez toujours des performances exceptionnelles d’analyse grâce aux cellules de stockage et au Flash de l’Exadata. Pour les mêmes raisons, le chargement des données dans l’IMCS (In-Memory Columnar Store) est très rapide.

Nous avons pu constater des gains très importants sur toute la chaine d’alimentation de manipulation des données, tout en maintenant une performance exceptionnelle des requêtes analytiques.

OLTP est plus rapide sur Exadata

Vous pouvez exécuter vos requêtes analytiques en mémoire directement dans une base de données OLTP, plus besoin de les dissocier et de subir les problématiques et les délais de synchronisation ou de réplication des données. Désormais tous les types de requêtes (OLTP et Analytique) peuvent se faire dans la même et unique base de données. Exadata permet l’analyse en temps-réel mieux que toute autre plate-forme.

Exadata: La plateforme de développement chez Oracle

Exadata est la plate-forme de développement chez Oracle pour Oracle Database In-Memory. Les problèmes sont donc découverts et corrigés sur Exadata en premier.

Exadata est aussi la principale plate-forme pour les tests de base de données Oracle, la validation des Bests Practices HA (Haute Disponibilité), les outils d’intégration et le Support. Ce sont les mêmes raisons qui en font la meilleure plateforme pour la base de données Oracle qui s’appliquent à Oracle Database In-Memory.

Exadata: la machine dédié à la base de données Oracle

Oracle développe et assemble tous les éléments de la machine Exadata dans un seul but, réaliser la meilleure machine pour exécuter la base de données. Elle est livrée pré-optimisée, y compris pour l’option InMemory.

 

Conclusion

Il est donc impératif de ne pas écarter la solution Exadata lors de votre évaluation de l’option InMemory DB. Les gains autant en termes de performances, de TCO et fiabilité sont très nombreux.

 

A lire la version sur le blog de Maria Colgan @db_inmemory : Do I still need Exadata now I have Oracle Database In-Memory?

Database Fleet Maintenance : Améliorer votre gestion de patchs oracle!

Depuis la dernière version du plugin database pour Enterprise Manager Cloud Control 12c, il existe une nouvelle fonctionnalité appelée « Database Fleet Maintenance« .

Gestion de vos configurations Cloud
Gestion de vos configurations Cloud

On peut identifier trois étapes dans la mise en place de la gestion des configuration au sein d’un datacenter:

  1. Comprendre l’environnement actuel & bénéficier de recommandations
  2. Définir les images Oracle Home cibles & y souscrire
  3. Centraliser les changements et leur propagation

L’objectif de la première phase est d’identifier la pollution de configuration, c’est à dire le nombre de variations de vos oracle home (version et niveau de patch). Oracle va proposer un certain nombre de version « standard » pour vous guider dans le choix de vos Gold Images.

Ces gold images seront maintenues en « central » permettant de limiter au maximum la charge à la maintenance de vos Oracle Home. Oracle Fleet Maintenance permet de maintenir des versions de vos images.

Que se passe-t-il quand un nouveau patch est disponible et vous souhaitez l’appliquer à vos Bases de données? Il suffit d’appliquer ce patch une fois sur votre gold image, de publier une nouvelle version de votre goldimage. Ensuite les pools de serveurs qui ont souscris à cette image vont proposer à la demande ou automatiquement le passage des bases de données sur cette nouvelle configuration.

Notification des nouvelles versions aux utilisateurs finaux
Notification des nouvelles versions aux utilisateurs finaux

Lors de la souscription d’un pool à une image, Il y a trois étapes:

  1. Déploiement de l’image: il s’agit du déploiement automatique de la gold image sur l’ensemble des serveurs du pool
  2. Activation de la nouvelle image
  3. Mise à jour des bases de données: la mise à jour de chacune des bases de données est faite soit par l’administrateur, soit par l’utilisateur dans sa console de « SelfService »

 

screenshot.2015-04-17 13.48.51
Mise à jour directement accessible à l’utilisateur

 

Cloud Privé : Le Modèle de ressource DBaaS d’Oracle

Oracle #DBaaS #Cloud Privé, quel modèle de ressource? Dans le monde du cloud, chaque fournisseur adopte son vocabulaire, sa méthode propre, regardons la façon de fonctionner côté Oracle.

Quand on provisionne un nouvel élément dans un environnement Cloud, on ne parle plus de serveur spécifique, de stockage spécifique, mais de « pool ». Par exemple, chez Amazon (AWS), on parle d’Availibility Zone, chez Microsoft Azure, de Compute Resource Pool.
Dans un cloud privé Oracle sous Enterprise Manager Cloud Control 12c, on définit deux niveaux de Pool:

  • Zone d’infrastructure: PaaS Zone
  • Zone des bases de données: Database Software Pool (pour du DBaaS)
  • Zone de Middleware: Middleware Pool (pour du MWaaS)

PaaS Infrastructure Zone

C’est un ensemble d’éléments d’infrastructure (serveur physique, serveur virtuel, …) qui présente un regroupement commun. Ceci peut être un regroupement géographique (le Datacenter par exemple), fonctionnel (les applicatifs finances), de qualité de service (les serveurs haute performance), etc.

Database Software Pool

C’est un regroupement homogène d’ORACLE_HOME, qui reposent sur une même version d’Oracle, un même OS, et une même caractéristique (single Instance, Rac, …). Les instances Oracle demandées via le SelfService sont provisionnées dans un de ces Oracle Home (suivant des règles de placements automatiques)

Pour une architecture haute disponibilité il faudra définir au moins un deuxième Database Software Pool qui accueillera les bases dataguard. Pour une architecture cluster, ce Database Pool maintient également la grid infrastructure.

Je vous invite à lire le post d’Adeesh Fulay, PM qui détaille un exemple de mise en place:
https://adeeshfulay.wordpress.com/2015/03/25/oracle-private-database-cloud-understanding-the-resource-model/

Ainsi qu’une vidéo reprenant les étapes de création du catalogue de service:
https://youtu.be/EK7c2VsyAbs

Documentation officielle: https://docs.oracle.com/cd/E24628_01/doc.121/e28814/cloud_paas_setup.htm#EMCLO323